30 juin 2006

Barjoland

Je l'ai entendu à la radio ce matin, le chômage aurait baissé de 2.4% le mois dernier. Et Jean-Louis et Dominique et Jacques de se féliciter de leur excellent travail. Mouais. Je doute. Si si.

D'abord parceque les radiations de l'Assedic, depuis Avril 2006 sont passées de 15 000 à 36 000 par mois. Pour le plus gros, ces gens arrivent en fin de droits et s'inscrivent au RMI. Lequel RMI malgré un nombre croissant, là aussi, de radiations, explose littéralement, pour passer à 1.25 millions de personnes.

Qui plus est, sur les quelques 45 000 personnes ayant trouvé un emploi, un tiers serait grâce à des contrats aidés. Et il y aurait en France entre 1.25 et 3.5 millions de travailleurs pauvres. Enfin, la croissance ne peut pas créer d'emplois si elle est inférieure à 2.5 / 3 %. Ce qui n'est pas le cas.

Mais la construction en nombre important de nouveaux logements sociaux - c'est une bonne chose - entraine mécaniquement des créations d'emploi. En somme, le domaine privé n'aurait pas créé d'emplois, seuls nos impôts l'auraient fait.

Alors manipulation des chiffres, coup de bluff en prévision de la prochaine élection présidentielle? Les chiffres du chômage en tout cas tels que donnés par le gouvernement français ne correspondent pas à ceux qui seraient calculés par l'OCDE. Mais en tout cas, il y a plus de gens qui galèrent qu'on ne veut bien nous le dire.


Barjoland, quand tu nous tiens.

Blackbird un peu en colère.

29 juin 2006

Colmar, petite quoi?


Quand on parle de "Petite Venise" au sujet de Colmar, je me demande si on ne se trompe pas. Petite Amsterdam me semblerait plus approprié, ne serait-ce qu'à cause des vélos.

Mais pour vous faire un avis, vous pouvez cliquer ici : http://www.ville-colmar.fr ou http://www.ot-colmar.fr.

Blackbird.

28 juin 2006

Je ne suis pas un fana du foot mais qu'est-ce qu'on rit.



Bon, voilà, je ne suis pas fana de foot, mais en cas de Mondial, je fais comme les autres, je regarde. Et j'écoute et me marre. En effet, les termes techniques et ceux des commentateurs sont trop drôles. En voici un petit florilège (dans le désordre).

Une mimine : faire main, ce qui est interdit (enfin, je crois) - c'est vraiment trop mimignion, comme terme !

Un tacle : se jeter sur le cul, les deux pieds en avant pour virer un obs ...tacle (en l'occurence, un adversaire, en l'envoyant bouler à quatre pattes sur l'herbe - allez, donne la baballe et va brouter !).

Viril, mais correct : c'est quand un plus grand balance un plus petit pour lui prendre la baballe. Des affaires d'hommes, quoi !

Ne pas faire le voyage pour rien : c'est quand on est le plus petit dans viril mais correct et qu'on se fait envoyer brouter l'herbe du terran. Même que des fois ça fais mal Ex. Djibril Sissé à subi un tacle viril mais correct d'un adversaire chinois et n'a pas fait le voyage pour rien (fracture tibia péronné, c'est pas pour rien, en effet).

Epaule contre épaule : c'est quand deux adversaires courent ensemble vers la balle, chacun essayant d'envoyer l'autre brouter (cf viril mais correct et ne pas faire le voyage pour rien).

Passer le bras devant : c'est lorsqu'on est épaule contre épaule, freiner l'autre en l'écartant du bras (cf viril mais correct et épaule contre épaule).

Casser du petit bois : rien de bucolique là dedans, c'est lorsqu'on se heurte jambes contre jambes en se disputant la baballe (cf viril mais correct et ne pas faire le voyage pour rien).

Etre cuit : être fatigué, vers la fin du match (cf avoir du gaz) - syn. ne plus rien avoir dans les chausettes.

Avoir du gaz : avoir encore des ressources physiques lorsque les autres sont fatigués - syn. avoir du jus (cf être cuit).

Faire la mobylette : faire des allers retours de terrain à toute vitesse (cf être cuit, avoir du gaz)

Etre trop gourmand : ne pas servire un coéquipier mais vouloir aller au but soi-même - syn. avoir les yeux plus gros que le ventre.

Servir (un coéquipier) : lui faire une passe pour qu'il puisse aller au but (cf être trop gourmand)

Hooligan : supporter anglais

Supporter : supporter (cf hooligan)

Bière : boisson sportive et nutritive très utilisée par les supporters et surtout par les hooligans

Klaxon : accessoire automobile que j'entend sous mes fenêtres en cas de victoire de la France - plus pour longtemps j'espère, non que je souhaite la défaite des français mais... (cf supporters, hooligans et Mannschaft)

Mannschaft : équipe nationale allemande de football (de l'allemand, litt. équipe d'hommes). Dicton : le football est un jeu qui se joue à 2 équipes de 11 hommes, et à la fin c'est la Mannschaft qui gagne.

Finalement, quand je fais le point sur ce que je sais du foot, avec ses tacles, ses virils mais correct, ses épaules contre épaule, passer le bras devant etc, ça ressemble pas mal au début des soldes dans les magasins d'habillement féminins. Une certaine hystérie collective. Non?

Blackbird (le retour)

15 juin 2006

YTM287



YTM287, c'est ce qu'il avait tatoué dans l'oreille à l'encre bleue et qui avec le temps devenait de moins en moins lisible, de plus en plus diaphane.

Je viens de me réveiller, comme chaque nuit depuis un certain temps pour voir s'il respirait encore. Je sais que demain matin, de bonne heure, je me lèverai surpris qu'il ne m'ait pas encore demandé à sortir. Je sais que pendant quelques jours encore, je le chercherai dans l'appartement, dans ses coins préférés, sur le canapé, devant le frigo, derrière le fauteuil ou il fait frais l'été et chaud l'hiver, laisse en main, à l'heure de sa promenade. Je sais que pendant quelques jours encore je m'attendrai à voir surgir un gourmand derrière moi, lorsque je serai à la cuisine. Pendant quelques temps encore, je croirai le voir jusqu'à ce que je me rende compte que ce n'est pas lui mais un coussin, un panier, et que mes yeux me jouent des tours.

Pendant un certain temps, puis viendra l'oubli qui enlise tous les souvenirs et toutes les peines dans ses sables mouvants et les fige comme sur une vieille photographie sépia. Vivement qu'il arrive.

A Bill le chien qui aimait tant se rouler dans l'herbe (surtout lorsqu'il y avait une bouse de vache tout près).

Blackbird

14 juin 2006

La météo marine.


Je ne sais pas vous, mais moi, j'écoute attentivement, chaque jour ou je le peux la Météo Marine de Marie Pierre Planchon, après le journal de 20h sur France Inter.

Les noms exotiques des zones, les pressions barométriques, les avis de vent force 7, de grand creux, tout cela m'entraine en une rêverie profonde, en une énorme envie d'ailleurs.

Forth, Dogger, German, Tamise ou Vikings et autres hPa (hecto pascals, mesure de pression barométrique) ou anticyclones me transforment instantanément en une mouette ou un sterne planant au dessus de flots déchaînés, tournant autours de bateaux de pêches secoués comme coquilles de noix colorées, marins cirés de jaune remontant leurs filets.

J'ai souvent rêvé de vivre dans un phare, sur un îlot balayé par les vents et battu par les vagues. Chaque soir la météo marine radio-diffusée donne à mon rêve un semblant de réalité. Et l'égrenage des noms de zones est extrêment poêtique.

Cliquez sur la carte pour la voir en grand.

Blackbird.

ps: retournez donc faire un tour sur "Ma Bretagne" (http://soffie64.skyblog.com), ses photos de mer en furie vous expliqueront sans doute mieux que moi ce que je ressens.

13 juin 2006

Matière (part II)


Voici encore les traces de l'oeuvre du temps, du soleil, de la pluie et du gel sur ce que l'homme construit. A croire que la nature cherche à détruire ce qu'on lui a pris pour bâtir, en y faisant pousser lichen, mousses et herbes folles, en le retournant à l'état de jardin. Vengeance?

Blackbird.

Naturisme et humanisme?


Est-ce que le naturisme est une forme d'humanisme? Je le pense, bien que n'ayant jamais pratiqué la vie libre à même la nature.

Je pense que ne rien cacher de ce que la vie (et nos parents) nous a fait doit rendre plus humble, et donc plus humain. Le seul fait de gommer toutes les différences sociales visibles, extérieures, nous rend plus égaux. D'ou ma conviction que le naturisme est une forme d'humanisme. Mais si ce n'était qu'une forme d'exibitionisme - de voyeurisme?

La ou j'ai plus de doutes, c'est lorsque la Fédération Française de Naturisme prétend que cela rend aussi plus écolo. Certe, vivre à même la nature doit inciter à plus la protéger. Et il est exact que les plages publiques (textiles, comme disent les nudistes et naturistes) le long du littoral sont parfois très sales. Mais de là à prétendre qu'être naturiste est plus écologique, je me demande. Parcequ'on évite d'user et donc de devoir remplacer un maillot de bain?


Parfois je me dis que je ferai volontier un tour au jardin d'Eden, avec mes frères et soeurs, goûter à une totale liberté. Dommage que je sois si pudique.


Blackbird.

Sa Bretagne.






Sa bretagne est sauvage. Sa Bretagne est en colère ou apaisée, selon les moments. Sa Bretagne montre de petits bateaux de pêche aux couleurs éclatantes. Sa Bretagne montre des bretons, des plages, des ports, des villages. En un mot, sa Bretagne est belle.

Sa Bretagne, c'est celle de Soffie, celle qu'elle montre si bien sur "Ma Bretagne"
(http://soffie64.skyblog.com), celle dont elle parle si bien, celle qui semble prendre vie sous l'objectif de son appareil photographique. Sa Bretagne donne envie de retourner se laisser prendre dans les embruns des vagues qui éclatent sur les rochers, de tremper les pieds dans celles qui viennent caresser les plages et de remplir ses poumons de ce bon air iodé.

Sa bretagne c'est tout celà, c'est si beau et c'est si bien fait.

Blackbird.


Cliquez sur la photo pour la voir en grand.

Conques


Il est interdit de prendre des photos de l'intérieur de l'Abbatiale de Conques. J'ai pu voler celle ci depuis l'entrée, mais elle ne montre pas la beauté des vitraux.

Car dans ce haut lieu du chemin de Compostelle, les vitraux sont signés de Pierre Soulages, le "peintre du noir", comme on le surnome. Pourtant, selon l'heure, selon le temps, ces vitraux se teintent de toutes les couleurs de la nature, pastellisées, adoucies, presque diaphanes. Un peu comme lorsque jette un voile sur une lumière trop crue.

La première chose que l'on ressent en entrant dans l'Abbatiale, c'est une sorte de respect. On se sent presque aspiré - inspiré ? - par la grandeur, la lumière et la sérénité qui y règnent. Celà vous donne un choc, et le plus mécréant se jetterait presque à genoux.

L'Abbatiale de Conques est en elle-même déja un chef d'oeuvre, illuminée par les vitraux de Soulages, elle touche au divin.


Blackbird.

L'oiseau de métal


J'ai eu beaucoup de mal à approcher cet oiseau de métal, dont je n'ai pu photographier que la tête, tant il était bien caché.

C'était un oiseau de métal abandonné, comme tombé du nid, laissé au sol, à la merci de son ennemi le plus dangereux : le temps, et son méfait le plus visible, la rouille.

C'était un oiseau de métal qui faisait tout pour se cacher mais dont le cou était trop long pour disparaître dans les hautes herbes.

L'exode rurale laisse derrière elle des oiseaux abandonnés qui se cachent dans les herbes. Parfois, pour une photo, ça peut être beau. Mais de la part de paysans qui vivent au contact de la nature, abandonner ainsi des oiseaux de métal, c'est moche.

L'agonie est longue pour ces oiseaux de métal avant que le temps et la rouille les fassent tomber en poussière.


Blackbird.

Pavel Nedved



Je ne suis ni un grand fan ni un connaisseur de foot, mais des matchs que j'ai vu de ce début de Mondial, le joueur qui m'a le plus impressioné, c'est lui : Pavel Nedved. Mais ce n'est pas pour parler technique que j'écris ce billet.

Outre ses qualités de footballeur, le tchèque me plait parcequ'il sourit tout le temps, parcequ'il semble prendre le plus grand plaisir à être sur le terrain. Limite hilare, quoi, et ça lui donne l'air d'un gamin qui aurait trouvé ses cadeaux sous le sapin au matin de Noël. Et ça, je trouve vraiment sympa. Il doit faire craquer toutes les filles.

Si tous les bleus pouvaient sourire, prendre du plaisir et avoir la même envie de jouer* que Pavel Nedved, je suis certain que l'équipe de France remporterait le trophée. Mais ça, c'est un autre débat.

Blackbird.

* jouer au sens premier du terme, s'amuser

12 juin 2006

Bill le chien

J'ai la gorge nouée et une grosse boule dans l'estomac. Mercredi, j'ai pris rendez vous pour faire euthanasier Bill, mon chien.

Voilà longtemps que nous sommes inséparables, mais il a maintenant 15 ans, un problème cardiaque et surtout un cancer qui a l'air de se développer beaucoup trop vite. En peu de temps, il est devenu maigre comme un clou, haletant, faible.
Alors j'ai décidé de lui foutre la paix, de le laisser partir tranquillement, entre les mains du vétérinaire. Mercredi. Un mercredi encore si lointain mais qui se rapproche avec l'inexorabilité du temps qui passe.

J'ai beau savoir que je fais cela pour son bien, afin qu'il ne souffre pas, je me sens un peu coupable. Coupanle de me débarasser de lui, coupable de ne pas pouvoir en faire plus pour lui qui en a tant fait pour moi.

S'il vous plait, aidez moi, laissez moi des messages de soutiens en commentaire, ils me seront nécessaires. Merci.


Blackbird.

Les Techtoniques Apesanties.



Dans la catégorie "schizophrénie bloggistique", voici ma dernière découverte : Les Techtoniques Apesanties.

Chroniques douces-amères, sucrées-salées, reflets d'un quotidien mélangé de rose et de noir, sentiments mi figue mi raisin, ce blog géré par une lycéenne surdouée présente de très beaux textes et de magnifiques photos.

Chloé, puisque c'est son prénom, semble entière, sans partage, sans concessions. Ces textes montrent une sorte de révolte, de rage de vivre même si les choses ne vont pas dans le sens qu'elle souhaite.

http://sans-contrefacon.blogspot.com

C'est beau, c'est touchant, allez-y.

Blackbird.

Erotisme ou pornographie ?



Je me demande souvent ou est la frontière entre l'érotisme et la pornographie.
Ces estampes japonaises du 18ème siècle, de type "Shunga" sont-elles pornographiques ou seulement érotiques?
Est-ce que ce que les publicitaires nous donnent à voir chaque jour à la télévision pour nous vendre de l'anti transpirant ou des tampons qui évitent les fuites et les mauvaises odeurs ne le serait pas bien plus? De bien plus mauvais goût, en tout cas?

Tout est dans l'emballage : ces estampes nous montrent un couple en train de faire l'amour; quoi de plus naturel, en somme. Que celui qui ne l'a jamais fait (ou jamais rêvé de le faire) me jette la première pierre - même les prêtres, même l'Abbé Pierre ont eu une vie ou une imagination avant d'entrer dans les ordres.

En tout cas, la fusion naturelle des âmes et des corps, même dévoilée, me semble moins dangereuse que ce que la publicité montre aux yeux de nos enfants à des heures de grande écoute. Au moins, les films dits "X" passent à des heures ou nos chères têtes blondes dorment.

Blackbird.




















Post-scriptum : contrairement à une croyance populaire fortement implantée, les estampes japonaises n'ont pas que l'érotisme comme sujet, loin de là. Il s'agit d'un véritable art millénaire d'une finesse rare. Les artistes donnaient leurs croquis à des graveurs très expérimenté afin de les faire reproduire dans des planches, généralement de cerisier. Il y a plusieurs sortes de d'estampes, militaires, de paysages, etc. En voici un exemple montrant un samouraï en tenue de guerre.




Chiens d'attaque : pour faire plus viril ?



Encore un incident. Celà fait plusieurs attaques de chiens en quelques jours à peine, dont au moins une mortelle.

On sait que ces chiens sont dangereux, pourquoi alors en posséder ? Pour prouver sa virilité ? Pour montrer que l'on a peur de rien ? Par bêtise ? Je pencherai pour cette dernière solution.

Mais ce qui est le plus bête, le plus irresponsable, dirais-je, c'est de les dresser, alors que c'est interdit et de ne pas leur faire porter de muselière alors que c'est obligatoire et que cela éviterait des accidents. Il est dramatique de voir ce à quoi la bêtise humaine conduit ! Tout ça pour prouver sa virilité ! Qui des deux est le plus agressif : le chien ou le maître ?

Blackbird.

Dans la série "photos d'antan" : maman et son amoureux.


Maman et son amoureux.

Temps de pause


Je trouve que cette très belle et très poétique photo se passe de tout commentaire. Je l'ai trouvée sur un autre blog de photographe : Temps de pause (http://tempsdepause.canalblog.com) que j'ai trouvé magnifique. Encore un artiste de l'ouverture et de l'exposition.
Génial, je vous dis.

Blackbird.

Matière


Encore des traces de l'oeuvre du temps, du soleil et de la pluie, sur une porte, cette fois ci. La photo est de moi.

11 juin 2006

Jeune (et beau) again

Vous vous souvenez certainement du petit jeu lancé par Miss Poivert concernant le retour dans le temps. Dans un premier billet, je vous avais proposé les quelques photos que j'avais à ma disposition. Aujourd'hui j'ai pu fouiller la cave de la maison familiale afin d'y trouver quelques perles qui devraient bien vous faire rire. Suite donc, de"Jeune (et Beau)". Il y en aura d'autres !!! Dont une immédiatement sur le post à propos de mon grand père Alphonse.



Le landeau, c'est pour les bébés, pas pour moi. Puis, il y a des roues, mais pas de volant, alors c'est pas drôle.

Les aventures de Junior au ski (mais sur les épaules de maman). Vous ne trouvez pas qu'elle ressemble un peu à Jackie Kennedy, sur cette photo? Si si, regardez bien !

Allez, fais ton rototo ! Mais j'avais l'air plus intéressé par autre chose. Quoi, je ne sais plus, mais le rotot, je n'en avais rien à faire, on dirait. Je ne sais pas ce qu'on me donnait à manger, mais j'ai déja une tête de bon vivant, là.

Sur les genoux de papa, on dort.


Dans les bras de maman, on regarde attentivement. On ne se refait pas.


Un peu mal cadrée, mais avec la ceinture de sécurité.

Bon, maintenant que nous nous sommes bien amusés, j'ai une mauvaise nouvelle : c'était suite et fin de "Jeune (et beau" car je ne pense plus en avoir d'autres. Quoi que, peut être...

Blackbird.

IloVarech


Le jour, n'ayez pas peur des Trolls. Le moindre rayon de soleil les transforme en rocher ou en vieille souche d'arbre. La preuve par cette photo que j'ai trouvée sur http://ilovarech.canalblog.com, blog de photographies que je vous recommande hautement. Faire de belles photos en noir et blanc - et en argentique, notez ! - est plus difficile qu'en couleur, même si cela permet plus de détails. L'auteur y parvient avec un talent certain et croque tout ce qui lui tombe sous l'oeil.
Car oui, il travaille à l'ancienne, développe et tire lui même ses clichés. Et surtout il a le chic pour shooter juste au bon moment, juste au bon endroit. J'adore.

Blackbird.

Eglise Romane de Perse, Espalion (Aveyron)

J'ai découvert la petite église de Perse à Espalion un jour de flânerie, nez au vent.

Les peintures intérieures, vieilles de plusieurs siècles, sont dans un assez bon état de conservation, malgré l'oeuvre du salpêtre au fil du temps.




Le haut des colonnes est décoré aussi, de peintures et de sculptures qui rappellent les croisades.


Je n'ai trouvé aucun renseignement qui puisse expliquer l'origine précise de son nom. Construite au 12ème et 13ème siècles, elle regorge de véritable trésors. Mais comme elle est assez cachée, il faut y arriver un peu par hasard, au prix d'efforts qui, sous une température caniculaire, sont méritoires d'une boisson bien fraîche et qui fait transpirer le verre.

Vous aurez remarqué que j'apprécie beaucoup la photographie. Ce billet n'est qu'un prétexte pour, au lieu de ne montrer que celles des autres, d'avoir une bonne excuse pour exposer mes clichés.

Blackbird.

10 juin 2006

Questionnaire : la Madeleine de Proust

A la demande (insistante) de Lilizen (http://gastronomades.canalblog.com) je répond ici à un petit questionnaire culinaire sur les saveurs d'enfance.

1/ Quel est votre premier souvenir de cuisine tout(e) seul(e) comme un(e) grand(e) ?
Le far breton avec des pruneaux ou des cerises, que je faisais gamin, et que j'étais le seul à manger. Etonnement, je ne sais plus le réussir aujourd'hui, et puis je n'ai plus le livre de Françoise Bernard ou j'avais trouvé la recette.

2/ Qui a le plus influencé votre façon de cuisiner ?
Ma maman, sans aucun doute, même si elle redoutait mes incursions à la cuisine, à cause du bordel qui y règnait lorsque j'en sortai. Il est vrai que l'organisation n'a jamais été mon point fort.

3/ Avez vous une vieille photo qui prouve votre exposition au monde culinaire et souhaitez vous la montrer ?
Je ne crois pas, mais je promet de fouiller dans mes archives ! Je la mettrai en ligne ultérieurement si j'en trouve une.

4/ Avez vous des phobies culinaires, un plat qui vous donne des sueurs froides rien que d'y penser ?
Les huitres, après avoir été malaaaaaaaaaaade comme tout un lendemain de réveillon. Probablement aussi la cervelle d'agneau que ma maman nous faisait manger sous prétexte que c'était bon pour notre croissance et notre intelligence (je crois avoir prouvé depuis que ce n'est pas vrai).

5/ Parmis les ustensiles de cuisine que vous possédez, lequel utilisez le plus et lequel est le plus délaissé ?
Ce que j'utilise le plus souvent, c'est ma machine à pain - j'adore réaliser moi même mes mélanges de farines, ajouter des noix ou des graines de pavot ou de sésame. J'aime la bonne odeur de pain qui s'élève pendant la cuisson, et je suis un grand mangeur de pain.
Ce que j'utilise le moins souvent, c'est l'éponge qui traine sur mon évier, toute sèche, au millieu de la vaisselle sale qui attend une main secourable.

6 / Citez des combinaisons d'aliments amusantes ou bizarres que vous aimez vraiment - vous et personne d'autre !
Les mélanges fondus de fromages : j'en mange énormément, et lorsque j'ai une foultitude de petits restes, je prends une petite casserole antiadhésive, je coupe le tout en petits morceaux et je fais fondre à feu doux en remuant continuellement. Le mélange roquefort munster peut parfois faire blémir les gens auxquels j'en parle. Une fois fondu, je sers le mélange sur un toast chaud. Ah, j'oubliais, le Gloubiboulga, aussi, passion que je partage avec Casimir.

7/ Quels sont les 3 aliments ou plats sans lesquels vous ne pouvez pas vivre.
Le pain, le fromage.
Le riz colonial: il s'agit d'une recette que je tiens de ma maman, et qui consiste en un plat de riz servi avec un émincé de veau nappé d'une sauce du curry, et garni de toutes sortes de fruits préalablement passés dans une poêle bien beurrée et bien chaude. Pour la beauté du tout, on dresse sur un plat avec des cerises bigarreau, des tranches d'ananas, des arachides, des bananes ...

8/ Y a-t'il une question à laquelle vous auriez aimé répondre et qui ne figure pas ici ? Si oui, ajoutez là ici.
Puis-je en poser 2? Est-ce que vous aimez faire la cuisine, tant pour vous seul que pour les autres?
J'adore ça, réaliser des aumônières d'agneau, ou d'autres plats qui demandent de passer du temps edvant les fourneaux. J'adore cela pour recevoir mes amis mais aussi pour moi tout seul. Y a-t'il un restaurant ou vous n'avez jamais mangé et ou vous adoreriez aller? Oui, le restaurant de Michel Bras (prononcer Brasse) à Laguiole, dans l'Aveyron.

9/ Votre plat préféré ?
Schwelta un kass - je traduis (de l'Alsacien) : pommes de terres en robe des cjamps accompagnées de fromages de toutes sortes et du beurre au sel de Guérande. Posez le plateau de fromage préalablement bien garni au centre de la table, puis servir les patates bien chaudes afin que les fromages fondent doucement dessus.

3 questions rapides :
10 / Votre parfum de crème glacée ou de sorbet favori ?
Crème glacée à la vanille (très classique) et sorbet à la poire (pareil). Mais j'adore essayer des choses tout à fait particulières : crèmes glacées salées, par exemple, au gingembre, des choses comme cela.
11/ Vous ne mangerez probablement jamais :
Les huitres et la cervelle. Mais pour le reste, je goûte toujours avant de dire si j'aime ou non.
12/ Votre plat fétiche, celui que vous ne ratez jamais ?
Mon plat fétiche : le sauté de veau au citron. Celui que je rate jamais : le pot-au-feu.
Ben voilà, Miss Lilizen, j'y ai répondu, à ton questionnaire ! Malgré les matchs de foot, j'en ai trouvé le temps.
Blackbird.

Bullotin, le blog illustré de Thibaud


Nu



Le jardin japonais Albert Kahn

Schizophrénie bloggistique again, voici mon dernier coup de coeur, Bullotin, le blog illustré de Thibaud.

La perception de l'art étant une chose très personnelle, que dire? Faites vous votre propre avis. Ses bandes dessinées sont géniales, j'aime ses portraits, ses paysages.

Mais plus que tout, j'ai été sensible à ses nus* qui semblent esquissés d'une simple caresse du pinceau, comme si l'amour que leur portait l'artiste les transcendait. Comme s'il avait avant de les croquer caressé ses modèles de la main. Trois traits, quelques taches d'encre, elle semblent prendre vie devant nos yeux.

Mais allez vous rendre compte par vous même : http://www.bullotin.com

Blackbird.

* pas par voyeurisme !

L'oeil ouvert

J'ai eu un coup de coeur que je souhaite vous faire partager pour un blog qui allie artistiquement la photographie et la poésie, l'oeil et la plume, le monde extérieur à celui de l'intérieur et donne la "priorité à l'ouverture*". Je voudrais vous livrer ici un exemple de "Photos - Haïkus" que j'ai particulièrement appréciées.


Allée des Nuages

Les Pins Ouvrent leurs Ailes

Dans le Matin Bleu



La poésie des images, la beauté des mots, la qualité de réalisation de l'ensemble, tout concours à faire du blog de cette "bucolique pleine de curiosité*" un bonheur pour les papilles de l'âme. Parler de poésie serait en dessous de la vérité, il s'agit plutôt d'un voyage dans une rêverie éveillée, d'une déchirure dans le brouillard, qui permet d'apercevoir un monde plus beau.

http://ossiane.blog.lemonde.fr

Blackbird.

* je cite

09 juin 2006


José Pimmel, huile sur carton, 20.5 x 14 cm, ma collection privée.

07 juin 2006

Kimi


Oui, je sais. Pour un soit-disant écolo, pour moi qui aime les Deuches et les ânes, je devrais avoir honte. Je sais. Mais on ne se refait pas, je suis un fan de formule1, et particulièrement de Kimi Raïkkonen.

Cela releverait certainement plus d'un psy que d'un blog, mais j'aimerai tant lui ressembler. Iceman, puisque c'est son surnom, rassemble en effet beaucoup des qualités que j'aimerai posséder : il sait contrôler ses émotions (d'ou l'homme de glace), est accroc au travail bien fait, possède une capacité de concentration phénoménale, ne lâche jamais le morceau et reste égal à lui même dans la victoire comme dans la défaite. En fait, il n'y a que lorsqu'il gagne qu'il daigne laisser éclater sa joie par un sourire.
En tant que l'un des benjamins du peloton, il a déja un palmares à faire pâlir quelques pilotes qui courent depuis bien plus longtemps. En gros, je l'admire et vais de ce pas m'inscrire à son fan-club.

Si vous souhaitez plus de renseignements au sujet de Kimi, n'hésitez pas à aller voir un site non officiel très bien fait, sur lequel j'ai trouvé la photo qui illustre ce post.

Blackbird

L'Aveyron


J'aime passer mes vacances en Aveyron, à Laguiole, au pied du plateau de l'Aubrac. Je voudrais partager ces quelques images avec vous. Tout y a un côté un peu surrané, un parfum d'un temps ou l'on ne se pressait pas.




Sur le plateau de l'Aubrac, les burons ou l'on faisait le fromage de Laguiole tombent de ruines, à part l'un ou l'autre qui ne servent que d'industrie touristique et dont je déconseille la visite.



Le Lot avec son cours paresseux mais envoûtant compte inlassablement les jours qui passent.



C'est vraiment un endroit ou il fait bon vivre et ou je retourne volontier chaque fois que je le peux. On y voit beaucoup de Deuches, des ânes, et la cuisine en est le reflet : elle a un caractère rustique mais si savoureux.

J'ai pris ces photos avec un appareil argentique reflex 24x36 dont je ne citerai pas la marque et une pellicule 400 Asa.

Blackbird.

Les Gastronomades



Envie d'un cheesecake à la cerise et à la rose? Envies de jardin au Poitou et de parfum d'enfance? Lilizen vous apportera le tout, servi sur un plateau et dressé avec art. Rien qu'à lire les recettes et, surtout, à voir les mahnifiques photos, j'ai eu faim - certaines mauvaises langues parmis vous diront que j'ai toujours faim, et elles auront raison, mais là, ça touche à l'artistique, au sublime.

J'ai appris par exemple qu'on pouvait manger les pétales de roses anciennes après les avoir passées dans un sirop assez concentré et trempées dans le sucre cristalisé. Ce sont d'ailleurs ces pétales qui ornent le magnifique chhescake ci dessus. La photo me fait penser à une nature morte, à un clair obscur de Rembrandt.

Allez, zou, c'est par là : http://gastronomades.canalblog.com

Bon, je vous abandonne, je file à la cuisine essayer quelques recette de Lilizen.

Blackbird Gourmand

05 juin 2006

Mon grand amour d'adolescence : Chris Evert



Au grand dépit de mes parents, qui auraient préféré me voir travailler à l'école, je ne manquais jamais un match, à Roland Garros ou à Wimbledon, que jouait Chris Evert.

Pour ne rien vous cacher j'étais amoureux fou de cette fille longiligne et filiforme. Même lorsqu'elle s'appela Chris Evert - Lloyd, une fois mariée, et se mit à porter des lunettes, et même lorsqu'elle fut battue par Martina Navratilova, je n'avais d'yeux que pour elle.

Elle possèdait sur le cours une sorte de grâce, d'élégance, de légèreté que je n'ai retrouvé chez aucune joueuse depuis lors. Et surtout pas chez les "Monsters" sisters Williams. On aurait dit qu'elle se déplaçait sur coussins d'air, que chacun de ses gestes lui étaient dictés tant par un besoin de distinction que par celui de gagner.

Maintenant encore, je cherche en vain sur les cours son sourire inaltérable, sa dignité dans la victoire comme dans la défaite, son fair play, en somme sa très grande classe.


Blackbird in love again.

Aphorisme : lundi de Pentecôte travaillé ...

Oui mais ça rapporte quoi, à part du bordel?

Blackbird.

(dans la catégorie "bête et méchant")

Aphorisme : blog trop perso, blog idiot

Enfin, je dis ça, je ne sais même pas si ce sera lu.

Alphonse


Alphonse, mon grand père préféré, avait une philosophie de la vie assez simple : après sa rude journée de boulot, il s'en allait jouer à la belote au bistrot du coin, ou chaque joueur à son tour offrait le "cheppala*" de rouge. Et la vie passait ainsi, entre son boulot d'aide boucher, son jardin et sa partie de carte arrosée. Lorsque j'étais tout enfant, je le voyais souvent partir à la chasse, le dimanche et revenir systématiquement bredouille. Ensuite, il m'enmenait nourrir les lapins, au clapier et me laissait les caresser. Le menu du dimanche en comportait toujours un, dans une sauce au vin et accompagné de nouilles. Après le déjeuner, il me demandait de lui passer la bouteille de schnaps - une eau de vie de cerises ou de pommes, selon arrivage - de son propre cru, horriblement fort, que lui seul semblait capable d'avaler.
En fait il était heureux dans cette vie simple et un peu monotone. Lorsque ma grand mère* s'énervait pour quelque chose, il lui disais juste "muter nett, s'esch net mutter tag**". Je crois que, dans son genre, c'était quelqu'un de très zen.

J'ai toujours chez moi une bouteille de mirabelle - je ne bois pas, le niveau baisse donc à peine - et je mets souvent le nez sur le goulot, histoire de retrouver un peu l'odeur de l'enfance.


En illustration: Alphonse lors de son mariage et à la chasse avec moi qui portait fièrement le fusil en plastique qu'il m'avait offert.

Blackbird.

* scheppala: quart de vin, rouge dans mon souvenir.
** muter net, s'esh net mutter tag : jeu de mot intraduisible portant sur la proximité de muter (râler, se plaindre) et mutter (maman). En traduction littérale, ne râle pas, ce n'est pas la fête des mêres. Comme je vous le disais, aucun sens, en français.

04 juin 2006

Envies de vacances (again)



Une petite envie d'Irlande, oui, une belle balade des rues de Dublin aux confins du Connemara, pour voir les Leprechauns, petits nains farceurs de la tradition Celte, pour boire quelques Guiness en écoutant un violoneux interprêter quelques morceaux traditionnels, pour aller voir la chaussé des géants, rêver sur la lande entre pluie et brouillard et pour voir les maisons colorées si pittoresques. Programme chargé, donc, mais dépaysement garanti. Je vous enverrai des cartes postales.

Blackbird.

Down by law



Film culte s'il en est, pour la poésie de ses images, pour la drôlerie de ses dialogues, pour le jeu de John Lurie, Roberto Benigni et John Lurie, Down by law raconte l'évasion de 3 pieds nickelés dans les bayous de la Nouvelle Orléans.

Film culte aussi parceque d'une noirceur drôlatique, qui laisse sur le bout de la langue un arrière goût d'acidité envers les institutions étatsuniennes.

Film culte pour sa musique, aussi. J'ai adoré.

Blackbird.

Commandante Cheguevara



"Ils ne pourront pas tuer ton souvenir et tes idées..." disait Fidel, à la mort du Che.

Il est en effet étrange que dans nos contrées Européennes, un agitateur politique révolutionnaire sud-américain ait encore un tel succès et qu'il se vende encore tant de posters à son éfigie si longtemps après sa mort.

Cela n'est sans doute pas lié au fait qu'il ait été marxiste léniniste; ni à ses hauts faits guerriers.

Je pencherai plutôt pour le fait que, médecin, il ait apporté sur tous les fronts de libération d'amérique du sud, son humanité. Qu'il se soit toujours mis du côté du plus faible. Plus qu'un révolutionnaire politique, c'était un humain qui souffrait de la soufrance des autres. Je crois que c'est pour cette capacité d'empathie qu'il reste ce héros mythique.

La vision que nous en avons depuis ici et après tant d'années est sans doute un peu faussée, il n'était qu'un homme et a porté les armes (chose qui pour moi devrait être rédhibitoire). Mais du fait des causes qu'il a embrassées, il reste une îcone humaniste.

Salute, Commandante Cheguevara.

Blackbird.

03 juin 2006

Le front populaire et les 35 heures.

Blum, reviens, ils sont devenus fous.

Qu'à t'on pu gloser à propos des 35 heures ! Et on le fait encore. Atteinte à la liberté d'entreprendre... réduction de la productivités ... augmentation des charges financières de l'entreprise ... pas de créations d'emplois ...

Je parie ma chemise qu'on a dû dire la même chose au moment du Front Populaire. Comment, on réduit le temps de travail, on offre des congés aux travailleurs, et payés, qui plus est ! On baisse les cadences ! On détruit l'outil de production !

Etrange, non, comme l'histoire bégaie, parfois ?

Mais prenons un peu de recul. C'était en 1936. Qui, aujourd'hui, oserait seulement caresser l'idée de revenir en arrière ? Qui lèverait le petit doigt pour toucher à des aquis sociaux qui sont tellement entrés dans le quotidiens qu'ils paraissent aller de soi.

Je parie ma chemise (une autre, je veux dire, hawaïenne, pour partir en vacances) que d'ici 10 ans, on ne parlera plus des 35 heures que dans les émissions d'histoire, sur France Culture ou sur Arte. Les 35 heures sont déja un aquis social, on ne peut plus faire marche arrière. Ce serait comme vouloir annuler les résultats du Front Populaire : une révolution.

Le temps transforme tout en statue du commandeur.

Blackbird.

Ps: oui, j'avais promis, plus de billet prise de tête - mais vous avez vos RTT pour vous remettre de la lecture de celui-ci.

02 juin 2006

Libres enfants de Summerhill.



Alexander Neil avait de drôles d'idées. Enfin, si bizarres que cela?

En effet, penser qu'un enfant peut s'instruire tout seul, sans le carcan de l'éducation (nationale ou pas, d'ailleurs) peut relever du génie comme de la folie douce.

Les résultats de son école test, Summerhill, sont relativement mitigés. Prenons pour exemple un enfant qui n'aimerait que les mathématiques, et délaisserait systématiquement les lettres. Saurait-il dans sa vie marcher sur 2 jambes? Ne claudiquerait-il pas un peu? A l'inverse, peut on voir le monde par le seul filtre des langues, sans l'aide de la logique pure des mathématiques?

Ce qui me fait plus peur encore, c'et que confier leur destin à des enfants peut avoir des résultats divers sur leurs personnalités. Certains peuvent devenir des gens très équilibrés, d'autres risquent de devenir ce que Chevènement qualifiait de sauvageons. Et leur intégration dans la société? Dans une entreprise, par exemple, on ne peut pas choisir ses tâches en fonction de ses afinités. Les priorités auront été préalablement fixées pour la pérénité de la société.

Après des années passées à ne jouir que de sa liberté, peut on rentrer aisément dans le carcan?

si vous avez des réponses à mes questions, n'hésitez pas, s'il vous plait, à m'en faire part en commentaire.

Merci - Blackbird.

Langue sauce piquante !




"Connaissez-vous cette expression ancienne : “se trouver entre la haie et le blé”* ?
Seuls les gens mal intentionnés y verront une allusion à un amnistié célèbre."


J'ai découvert ceci surle blog nommé "Langue sauce piquante", dont les blogmestres - j'utilise ce néologisme à bon escient, vous comprendrez pourquoi - sont des correcteurs du journal Le Monde.

Les mots semblent n'avoir aucun secret pour eux, ils savent dénicher perles, coquilles, tournures inédites voir franchement hilarantes, tout ce qui peut prêter à confusion ou à rire. Ils ont le chic pour tourner en ridicule les phrases pompeuses, le verbiage et tout ce qui à un lecteur moyen peut paraître abscons**.

J'ai adoré, et je vous recommande d'y faire un tour. Moi qui croyais savoir écrire à peu près convenablement, j'y ai pris une grosse baffe. Je me suis rendu compte qu'en fait je n'étais vraiment qu'un tout petit joueur et que plus souvent qu'à mon tour, ma prose était ridicule.

Blackbird.
* vulgairement, avoir le cul entre 2 chaises, je suppose.
** abscons : adj. du latin absconsus - obscur, difficile à compendre. Un auteur à la pensée absconse. SYN. : hermétique - ANT. : clair, évident (dictionnaire Hachette de la langue française).

Website Counter
Web Counter